L’Arc Baltic: escales allemande, danoise et suédoise

Rostock, 45 miles au Nord Est de Lübeck, est le point de ralliement de la flotte. Nous y retrouvons les 23 autres bateaux de l’ARC Baltic, arborant tous le pavillon de ralliement, dans l’immense marina de Warnemünde (en aval de Rostock). Pot d’accueil, diner d’accueil, premier briefing, autant d’occasions de faire connaissance avec tous ces équipages dont nous sommes les seuls représentants français… Une petite promenade dans les rues de Warnemünde nous fait découvrir cet ancien port de pêcheurs, consacré maintenant au tourisme et goûter l’ambiance festive de sa semaine annuelle.

Pour profiter de conditions météo plus ensoleillées, nous partons pour Bornholm avec quelques autres bateaux, un jour en avance sur la flotte: 110 miles en 19 heures sous un beau soleil mais pas de vent…Sur le trajet la nuit est éclairée par une grosse lune jaune pâle et à l’horizon les lueurs du coucher de soleil nous accompagnent pour laisser le relais à celles de l’aube au petit matin: c’est le soleil couchant de minuit…

Bornholm est une île danoise bien tranquille qui se targue d’avoir le maximum d’heures de soleil de toute la mer baltique. L’atmosphère y est apaisante et les mouettes rieuses dans le ciel bleu pâle. Nous visitons l’île, en vélo d’abord jusqu’à un petit port de pêche traditionnel où nous goûtons les spécialités de poissons fumés…

… puis nous partons en bus avec l’ARC jusqu’au chateau médieval d’Hammerhus au Nord de l’île. C’est ici aussi que nous rejoignent Roger et Elisabeth notre équipage suédois tant attendu!

Nous partons le 14 Juilet pour Gotland, île suédoise très ancienne dont la ville principale, Visby, est devenue aujourd’hui le lieu de villégiature des habitants de Stockholm.
Nous avons 200 miles à parcourir et le vent est au portant pendant les trois quarts du trajet, ce qui nous permet d’établir la « Roger’s » en présence de son mentor en personne ! Nous traversons des autoroutes de cargos très fréquentés et sommes obligés de naviguer un bon moment sur le « terre-plein central », entre deux flux assez denses de grosses unités, pour gérer au mieux notre traversée…
Belle navigation durant laquelle nous homologuons une pointe à 10 noeuds en surfant sur une belle vague. Arrivée 34 heures plus tard dans le port de Visby. La ville regorge de touristes et prend clairement des airs de « Saint Tropez suédoise ».
Le lendemain Elisabeth et Roger ont loué une voiture et nous ont concocté un petit tour de l’île de Gotland, réputée pour ses moutons et produits dérivés. Nous reviendrons à bord avec un blouson pour Philippe, deux carpettes pour Françoise et des chaussons bien chauds pour Elisabeth. Belle promenade le long de la côte, tout au Nord de l’île, où de hauts rochers pointus sculptés par l’érosion et truffés de fossiles de coraux offrent des vues insolites.
Nous visitons aussi le « Ingmar Bergman center » dédié au célèbre réalisateur qui s’installa sur l’île après le tournage de l’un de ses films « A travers le miroir ».

De retour au bateau, nous devons changer de place car un coup de vent de Sud Ouest fait entrer dans le port une houle désagréable. Au moment de partir le moteur lâche… Après plusieurs essais, il finit par démarrer mais la confiance est maintenant brisée et il nous faut absolument arranger ça avant notre prochain départ.
Le lendemain Philippe et Roger, après avoir essayé sans succès de faire venir un expert Volvo, se lancent dans le remplacement du MDI, le « cerveau » du moteur qui commande ses différentes fonctions (nous en avions un de rechange à bord, suite au même problème de démarrage déjà rencontré à Ijmuiden).
Pendant ce temps, les filles partent faire le tour organisé de Visby avec l’Arc. Le guide nous fait découvrir les marques des différentes époques de l’histoire de cette très vieille cité: maisons typiques en bois, églises de différentes paroisses, cathédrale, remparts…

Au retour le MDI est changé ! mais…dans l’après-midi, un nouvel essai de démarrage échoue. Le moral retombe à nouveau même si les démarrages suivants réussissent. Un apéro bien arrosé avec nos compagnons de fortune de l’Arc nous convainc que tout va bien: le moteur marche bien et dans tous les cas, à l’arrivée à Tallin toutes les forces navales de l’Estonie nous aideront à nous amarrer au quai…

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *