La 3G à Porto de Moz

11 heures sur l’ocre amazonien jusqu’à Porto de Moz. Jean-Pierre maintenant
en solitaire traverse le fleuve de berge en berge au gré de ses siestes.

Nous sommes accueillis par un grain gigantesque que nous saluons dignement
de nos serpillières. Mais comme en Bretagne, les ciels épuisés d’orage
laissent rapidement place aux embrasements de couleur.

IMG_5616 DSCN1704 IMG_5604

Nouvelle réception organisée par la municipalité en l’honneur de l’escadre
qui commence à prendre goût à ces cérémonies. On nous promet la 3G, égarée
depuis La Rochelle, plus précisément la « generaçao activa ».
Nous nous sommes mépris. En guise de réseau cellulaire, il s’agit d’une
prestation du club de danse de l’association du 3ème âge de la ville.
Nos vaillants vieillards, tous vêtus de costumes traditionnels aussi mités
que mythiques, sont manifestement dopés aux anti-inflammatoires : ils ne
quitteront pas la scène avant longtemps.
Vaillants mais aussi entreprenants à en croire nos dames qui font état de
danses un peu câlines. La petite vieille aux « ray ban » avec son dentier
clinquant, désespère, en passant de l’un à l’autre, du manque d’allant de
nos célibataires.
Défibrillateurs, passez votre chemin, Porto de Moz n’est pas pour vous car
nos vieillards dansaient encore quand de retour au bateau, nous buvions
notre tisane sous la moustiquaire.

DSCN1673 DSCN1677 DSCN1699

Entretemps, Philippe avait accompli des miracles avec son électronique
électrocutée. Je crois qu’il a passé le premier Horn du marin, celui de
pouvoir tout réparer sur son bateau.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *