Le Gascogne, cap sur Gijon

Lundi 17h: nous préparons le départ pour notre première grande traversée: celle du golfe de Gascogne qui devrait durer environ deux jours et deux nuits et nous conduire en Espagne. La météo annoncée est plutôt bonne mais nous risquons quand même une première nuit agitée. Nous lâchons les amarres à 21h après le diner. Beau coucher de soleil; passage du phare du Chassiron de l’île d’Oleron sans problème au près puis cap sur Gijon, c’est parti! Avec un bon vent de NE de 20 noeuds, sous grand voile arrisée et solent. Tant que nous n’atteignons pas le lendemain la grande fosse du Golfe, la mer reste agitée et courte et il faut vraiment bien se caler pour espérer fermer l’oeil…puis ce sont des profondeurs abyssales qui s’affichent sur la Navnet: on verra 4650m de profondeur, pas loin d’un Mont Blanc à l’envers ! Sur la surface, la mer s’est calmée, le vent s’établit autour de 15 N au grand largue.

IMG_0479 IMG_0507 IMG_0494

Nous sommes survolés au matin du 13 août par un avion sûrement de surveillance qui vient faire du rase motte au dessus du mât de Lazy Jack pour nous identifier…plus tard nous faisons l’objet d’un tout autre type de surveillance: des gros mammifères marins viennent faire le dos rond à la surface à environ une dizaine de mètres du bateau: longs de 5 à 6m, solide nageoire sur le dos, museaux massifs de boxeurs, nous décrétons d’un commun accord qu’il s’agit d’une espèce d’orques; dans la soirée, ce sont les dauphins qui viennent trop furtivement à notre goût se frotter le dos à l’étrave du bateau. Bref, nous se sommes pas seuls !!.. L’hydrogénérateur est mis en place vers midi et tient toutes ses promesses: on arrive à compenser la perte d’énergie due notamment au pilote et autres instruments de navigation et on produit même, grace aux panneaux solaires, de l’énergie en avance pour la nuit prochaine.

IMG_0477

Au petit matin du 14, c’est cette fois ci une baleine qui est identifiée par les yeux de lynx du capitaine: elle reste à bonne distance du bateau mais se signale clairement par son souffle mouillé et son dos allongé…puis encore des dauphins mais qui ne viennent pas jouer avec nous.
A 13h, Mercredi 14, la terre est en vue. On hisse aussitôt le pavillon espagnol pour faire honneur à nos hôtes.

IMG_0521 IMG_0530

Nous débarquons à Gijon dans une ambiance de fête; le feu d’artifice du soir se prépare. Il sera tiré du fond du port juste devant le bateau dans un bruit de tonnerre qui résonne sur la jetée et fait vibrer tous les bateaux: c’est du moins, ce qui m’a été raconté le lendemain par le capitaine qui a assisté au spectacle car personnellement, j’ai sombré dans un sommeil aussi abyssal que les profondeurs du Gascogne et n’ai aucun souvenir de la moindre petite explosion…
La fête continue le lendemain et vers midi c’est un concert tonitruant de fusées qui éclatent derrière les maisons. Gijon est une ville toute en couleurs, très touristique d’un côté de la presqu’île et plus orientée commerce et voile du côté du port de plaisance où nous nous trouvons.

IMG_0539 - Copie IMG_0563
IMG_0542 IMG_0591

Elle s’éveille le soir vers 20 heures; toutes les petites places sont bondées et tout le monde, des plus jeunes aux plus âgés, trouvent une place sur un banc, une table, un mur, sous l’ombre d’un arbre ou à la terrasse d’une « Sidreria », pour discuter, manger des graines de pavot, et surtout déguster à volonté la spécialité du coin: le cidre des asturies, versé tout en hauteur dans les verres comme le thé marocain. C’est une boisson assez acidulée qui surprend au début mais à laquelle on s’habitue rapidement…même les magnifiques tags colorés de la jetée qui accueillent le voyageur lui rendent hommage.

IMG_0551 IMG_0585
IMG_0593 IMG_0540 - Copie

Gijon est aussi l’escale où Pierre nous quitte. Pierre, tu auras été un équipier fort agréable et au top des manoeuvres! … Nous espérons que tu pourras nous rejoindre plus tard sur un autre tronçon du voyage.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le Gascogne, cap sur Gijon

  1. Catherine Feuillet dit :

    Merci de nous faire partager vos aventures, c’est un vrai bonheur, j’attends le prochain épisode avec impatience ! Bises, Catherine

  2. François Faure dit :

    Il est vraiment bien votre site internet, et les reportages sont top, très bien écrits ! Nous on a passé une super dernière journée à Mérindol avec Tante Huguette et Vincent qui nous on rendu visite. Là je vous écris de Londres on vient d’arriver avec Bamfoa et Kweku qui vous embrassent sans vous connaître ça c’est fort ! Gros bisous donc

    François

    • Vincent dit :

      Bien sympa en effet cette petite journée !
      Kweku doit encore s’applaudir de ses exploits 😉
      Appelle moi quand tu passes sur Paris !

  3. Vincent dit :

    Faites des réserves de chorizo, d’Iberico et de Patcharan pour la grande traversée qui nous attend !
    Et pas de retard à Lisbonne, hein ? Nous on veut nos 2 semaines de croisière !!
    Bisous

  4. gabard noel dit :

    hello bonjour à tous les deux
    Félicitations à Françoise pour sa dextérité dans l’écriture, quel bonheur de lire ce journal de bord.
    Je n’oublie pas le capitaine (Philippe ), qui doit être dans tous ces états, pour mener ce lazy jack de main de maitre.
    on pense bien à vous
    Grosse bise à tous les deux
    bon vent
    noel josiane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *