De Cherbourg à l’île de Sein

Programme de l’été 2018: amener Lazy Jack de Cherbourg à La Rochelle.
Notre intention première: retourner en Angleterre et longer la côte sud ouest anglaise avant de repiquer vers la Bretagne.

Partis de Cherbourg le 11 août, nous avons donc traversé la manche et rejoint le joli petit port de pêche de Weymouth: un vrai petit ‘Grau du roi’ anglais avec ses chalutiers, son pont ouvrant, sa belle plage de sable et ses attractions de fête foraine.

Malheureusement la météo n’était pas au rendez-vous (temps couvert, pluie, vent dans le nez pendant plusieurs jours ) , si bien qu’après un jour de repos à Weymouth , profitant d’une fenêtre météo, nous décidons de rejoindre directement la pointe bretonne…

Cette seconde traversée, les 13 et 14 août, fut plus musclée que la précédente surtout au début: vent d’ouest de 26 à 29 noeuds apparent, mer agitée, cap au prés serré. Puis le vent s’est mis à mollir, la mer s’est calmée mais la traversée de nuit du rail est venue nous apporter son lot de tracas dont le croisement d’assez prés de plusieurs énormes cargos. Nous avons atterri le 14 août dans la brume de l’Aber Wrach, mais sommes repartis dés le lendemain vers Brest, la météo étant favorable à un passage par le chenal du Four.

À Brest, le temps nuageux ne devait se dégager que le week end. Nous avons donc décidé, en attendant des jours meilleurs, de passer un peu de temps à faire mieux connaissance avec cette célèbre ville bretonne: passage obligé par le restaurant du ‘crabe marteau’, ballade sur les quais animés par les ‘Jeudis du port’, visite du centre ville et d’une exposition très intéressante sur le grand projet de rénovation des Capucins, anciennes forgeries des arsenaux militaires de Brest.

Le temps calme du week end nous permet effectivement de rejoindre l’île de Sein. Bien belle escale sauvage au large de la pointe du Raz: l’île n’est que gréves et rochers affleurants, couvrants et découvrants selon la marée. Un petit port aux maisons colorées et aux ruelles étroites concentre l’activité nautique et touristique. Par ce beau temps de nombreux vacanciers, plaisanciers ou touristes amenés par navettes se mèlent aux locaux qui les observent d’un air distant et goguenard. Il est vrai que la vie sur l’île doit être autrement plus difficile et austère quand le vent souffle et la mer se lève….

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *